L'Uruguay crée des opportunités derrière les barreaux

des hommes devant des ordinateurs
Des détenus reçoivent des formations techniques au et professionnelles au sein du centre pénitentier de Punta de Rieles. Photo: PNUD Uruguay

Il reste quelques jours à Walter Paparamborda avant sa libération du centre de réhabilitation de Punta de Rieles, où il est arrivé en 2011. Il est impatient à l’idée de retrouver son statut d’homme libre et de mettre à profit sa formation de forgeron, une compétence acquise grâce à sa participation à un programme de travail mis en place par la réforme carcérale en Uruguay.

Désormais, il est en mesure de toucher un salaire. « Ce travail est une bonne opportunité pour moi et je veux en profiter, être avec mes filles, ma femme et ma famille. Me réinsérer dans la société », a-t-il déclaré.

À retenir

  • Le centre de Punta de Rieles dispose de 22 programmes impliquant 85 % des détenus
  • Le nombre de récidives en Uruguay est passé de 70 % en 2005 à 53 % en 2015
  • En 2015, 201 prisonniers ont été relâchés et seuls 4 ont récidivé
  • 360 personnes effectuent des stages dans les secteurs public et privé
  • 400 personnes directement impliquées dans la prise en charge des détenus ont reçu une formation

Le programme d’acquisition de compétences fait partie du Programme pour la Justice et l’Inclusion mis en place par le gouvernement uruguayen, avec le support de l’Union Européenne, du PNUD, de l’Organisation internationale du Travail, et de l’Organisation panaméricaine de la santé. Il œuvre pour la protection des droits fondamentaux des détenus et l’amélioration de la cohésion sociale à travers un système de justice pénitentiaire efficace.

Le programme forme les détenus à divers corps de métiers dont la charpenterie, la culture de vergers hydroponique et biologique, les sciences de l’information, ou encore la construction. Les ateliers de recherche d’emploi permettent aux prisonniers d’apprendre à présenter un CV et les informent en matière de carrière professionnelle. Des discussions sont organisées dans le but d’améliorer la coordination entre les divers acteurs du système carcéral, avec la participation, entre autres, d’enseignants, de policiers et d’agents pénitenciers.

Les programmes d’éducation pénitentiaires représentent un apport majeur en matière de politiques publiques de paix et de sécurité, et aident à réduire les taux de récidives de la population carcérale et de violence de rue.

À 42 ans, Alejandro González a passé près de la moitié de sa vie derrière les barreaux. « Après plus de 16 ans passés dans diverses prisons, on me donne enfin la possibilité de travailler et d’étudier. Ça n’a rien à voir avec les autres prisons », confie-t-il.

Les mauvaises conditions des centres pénitentiaires sont répandues dans beaucoup de pays, mais en Uruguay, le gouvernement a pris en compte le problème et tente d’y remédier. Avec le soutien de l’UE et des organismes des Nations Unies, le gouvernement a mis en place une réforme du système carcéral et un programme en faveur de l’inclusion sociale des détenus. 400 personnes directement impliquées dans la prise en charge des détenus ont été formées afin d’assurer la durabilité des programmes pour l’éducation et l’emploi. 

Les résultats sont prometteurs, tout particulièrement en ce qui concerne l’intégration sociale des détenus à travers le travail et l’éducation, l’appui à la communauté et l’assistance aux familles des détenus. 360 personnes effectuent des stages dans les secteurs public et privé et le nombre de récidives en Uruguay est passé de 70 % en 2005 à 53 % en 2015. On note également que le récidivisme chez les détenus ayant participé aux programmes de stage a fortement diminué et atteint un taux record de 6 %.

« Nous devons mettre fin à la surpopulation carcérale. Notre plus grande ambition est d’offrir aux détenus les compétences nécessaires à leur insertion dans le monde du travail afin qu’ils puissent prendre un nouveau départ à leur sortie de prison », a déclaré Eduardo Bonomi, ministre de l’Intérieur en Uruguay.

Ney Cafazo Barboza a été transféré au centre de réhabilitation de Punta de Rieles, où il purge le reste de sa peine tout en enseignant à des étudiants des autres prisons. Il donne cours à près de 225 prisonniers, répartis en groupes de 15, sur des ordinateurs usagés.

« Je développe des programmes qui sont vraiment efficaces pour enseigner l’informatique en prison » a-t-il affirmé.

Il lui reste deux ans à passer en prison et il a hâte de pouvoir mettre à profit ses compétences pour repartir à zéro. « En ce qui concerne mes plans pour l’avenir, je veux que ma famille sache que quelque chose de positif est sorti de cette expérience », a-t-il conclu.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Singapour centre de Politiques Globaux
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe