Océan d’opportunités, océan de périls

01 mai 2017 par Clotilde Goeman, Conseillère technique régionale pour l’adaptation aux changements climatiques

L’accostage de bateaux de pêche toujours plus nombreux sur les côtesi déplace le sable et cause l’érosion des plages. Photo: PNUD / Clotilde Goeman
Sur la côte occidentale d’Afrique, l’océan est indispensable à la vie depuis des milliers d’années : il apporte nourriture, emplois, et des barrières côtières qui protègent la terre, nettoient la mer et créent un écosystème plus durable. Dans certains pays comme le Sénégal, où 66% de la population vit dans des zones côtières, l’océan est la base de tout. Mais le changement climatique provoque entre autres l’élévation du niveau de la mer, la dégradation des stocks de poissons et l’érosion des côtes. En plus de la forte croissance de la population et de la diminution de productivité des terres agricoles - causée par la salinisation des sols - les communautés côtières dépendent de plus en plus des ressources de la mer pour assurer leur survie. Cela entraîne une pêche intensive et non durable près des zones côtières où les poissons se reproduisent, le débarquement sur les rivages de flottes de bateaux de pêche sans cesse plus nombreuses, ce qui déplace le sable et cause l’érosion des plages. Les mangroves et autres protections naturelles sont coupées pour en faire du bois de chauffage, et le secteur de la construction extrait du sable pour édifier de nouvelles habitations. La République démocratique du Congo … Voir

Croissance sans résilience n’est que ruine de l’économie

26 avr. 2017 par Abdoulaye Mar Dieye

    Abdoulaye Mar Dieye, Directeur du Bureau régional pour l'Afrique du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD)   Financial Afrik : Beaucoup de pays africains se sont engagés dans des programmes d’émergence à moyens ou long terme. Quelle analyse globale faites-vous de la situation? C’est une question d’actualité. Je connais précisément 27 pays africains engagés dans un processus d’émergence. J’ai lu l’ensemble de ces 27 plans d’émergence et j’ai eu à m’entretenir activement avec les autorités de ces pays. Et précisément, dans le cadre de la deuxième conférence d’Abidjan, nous avons ciblé un échantillon de 13 pays. Un échantillon assez représentatif de la situation économique et géographique de l’Afrique, afin de creuser davantage la question de l’émergence. C’était pour voir d’abord si le modèle qu’on avait développé lors de la première édition de la conférence d’Abidjan (CIEA) en 2015 était valide empiriquement et était en train d’être appliqué. C’était d’ailleurs la première fois qu’on définissait l’émergence. Ce modèle reposait sur un État développementaliste doté d’une vision à long terme et d’un espace fiscal assez solide pour soutenir cette vision. Laquelle se traduit par une politique de transformation structurelle de l’économie. Et troisième élément, les politiques ainsi définies auraient … Voir

Les Gambiens sont prêts à reconstruire leur pays

24 mars 2017 par Ozonnia Ojielo, Directeur du groupe régional Gouvernance et Consolidation de la paix, PNUD Afrique

La Gambie est depuis longtemps marquée par d'importantes inégalités sociales et économiques. Plus de 60% des habitants vivent dans la pauvreté, près de 30% de la population active est au chômage et celui-ci touche particulièrement les jeunes (39%). Selon certaines estimations, les Gambiens constituent le deuxième contingent de migrants le plus important d'Afrique de l'Ouest, en dépit de la petite taille du pays. Pour se constituer en tant que nation, la Gambie doit concevoir, ajuster et mettre minutieusement en œuvre sa politique de transition démocratique. Nous devons travailler en étroite collaboration avec les parties prenantes nationales, ainsi qu’avec les partenaires régionaux et internationaux concernés. De cette manière, nous serons en mesure d’appuyer les efforts gouvernementaux de stabilisation du pays, et entreprendre d’urgence les réformes visant à promouvoir la gouvernance démocratique, le respect de l’état de droit et les droits humains, le relèvement socio-économique ainsi que le développement et la paix durables. … Voir

Faire face à la crise dans le bassin du lac Tchad

23 févr. 2017 par Abdoulaye Mar Dieye, Sous-Secrétaire général des Nations Unies, Administrateur assistant du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), Directeur du Bureau régional pour l’Afrique

En mai dernier, la Commission des affaires étrangères du Sénat des États-Unis a organisé une séance d’information sur la situation au Sahel. Convié à participer à l’événement, le PNUD a souligné la nécessité de mener une action concertée d’envergure pour faire face à la montée de l’extrémisme violent et proposer des solutions de développement adaptées à cette région touchée par l’insurrection armée de la secte Boko Haram, née dans le nord-est du Nigeria il y a sept ans. Nous avons identifié un « arc d’instabilité » qui s’étend à travers le Sahel, la Corne de l’Afrique et le bassin du lac Tchad. Alors que le PNUD et ses partenaires se réunissent à Oslo le 24 février pour prendre part à la troisième Conférence humanitaire internationale, nous avons la ferme intention de nous pencher sur la situation au Nigéria et dans le bassin du lac Tchad avec un sentiment d’urgence accru. En tant qu’organisation qui fonde son action sur la connaissance du terrain, le PNUD est fermement convaincu qu’une réponse globale est la meilleure approche susceptible de résoudre les crises en cours, tout en tenant compte des besoins spécifiques de chaque pays. Toute solution viable doit être élaborée sur la base de la reconnaissance du … Voir

Réunir les jeunes pour innover, clé du développement en Afrique

31 janv. 2017 par Marc Lepage, Spécialiste de l'Innovation et de la Gestion de Connaissance du Bureau Régional Afrique

Au coeur du 28è Sommet de l'Union africaine qui a eu lieu en Ethiopie cette semaine et du Forum de la jeunesse du Conseil économique et social (ECOSOC)  qui se tient les 30-31 janvier 2017, il y a cette question : comment pouvons-nous tirer parti du dividende démographique de l'Afrique ? En 2015, il y avait 226 millions de jeunes âgés de 15 à 24 ans en Afrique (soit 19% de la population mondiale de jeunes). D'ici 2030, ce chiffre passera à 42% et devrait doubler d'ici à 2055. Ainsi, investir dans la jeunesse aujourd'hui est la clé du développement de l'Afrique demain. Mais, pour cela, il faut d'abord se connecter avec les jeunes et leur permettre de se connecter l'un à l'autre. C'est précisément ce que fait YouthConnekt. Lancée pour la première fois au Rwanda en 2013, cette plate-forme innovante réunit des jeunes en quête d'emploi, de compétences ou de ressources pour lancer leur propre entreprise; avec divers partenaires, dont le PNUD, le secteur privé et le gouvernement. L'initiative a remporté le prix de l'innovation du PNUD Afrique en 2013 et démontré la formidable force créatrice de la jeunesse du Rwanda. En seulement 3 ans, plus de 4 millions de jeunes ont participé à … Voir